On a testé les couches clean Lillydoo!

 

Je ne vais pas vous l’apprendre, mais récemment il y a eu polémique autour des couches pour bébés, notamment des plus grandes marques qui comporteraient des produits toxiques pour nos bébés. Cela ne me surprend qu’à moitié, il suffit de sentir une couche neuve Pampers pour comprendre qu’il n’y a pas que du coton dedans!

J’utilisais encore ces dernières lorsque Lillydoo m’a proposé de tester leur couches, lingettes, et tapis à langer jetables ultra clean, trop jolis et au concept innovant! Je n’ai pas hésité une seconde.

Avant de tester j’ai donc parcouru leur site pour être sûre de la composition des couches et voilà ce qui est précisé:

Nos couches et matelas à langer sont fabriquées sans substances toxiques / Certifié Oeko-Tex® Standard 100 :

  • Certifié dans la catégorie de produits 1 pour bébés et petits enfants jusqu’à 3 ans
  • Dépistage de divers produits chimiques dangereux pour la santé
  • Contribue à assurer une sécurité élevée et efficace du produit

Non testé sur les animaux et vegan / Et comme nous aimons les animaux, nous vous garantissons en partenariat avec PETA :

  • Sans composants d’origine animale
  • Non testé sur les animaux

Nos produits sont testées dermatologiquement /Certifié Dermatest :

  • Aucune réaction allergique sur les peaux sensibles
  • Noté « Excellent » par les médecins spécialisés
  • Nos couches ont été testées pendant 4 semaines sur des petits popotins

Nos couches sont hypoallergéniques / Certifié par Asthma-Allergy Danemark :

  • Sans parfum et sans formaldéhyde ajouté
  • La peau n’entre pas en contact avec les colorants
  • Hypoallergénique

L’achat de couches se présente sous forme d’abonnement, tout est calculé en fonction de votre consommation! Pas de surplus de couches à la maison.

Le prix: 0,27€ / couche pour les tailles 3 par exemple.

Les couches sont supers douces, très fines et donc hyper confortables pour bébé!
Niveau absorption, rien à dire, vraiment!

Le petit plus: vous pouvez choisir entre 3 motifs,  coup de cœur pour le motif fleurs.

Je suis à 100% conquises par ces couches vous l’aurez compris, je vais prendre l’abonnement et je serai tranquille pour quelques temps. William aussi est conquis, et quand je vois ces photos prises il y a un peu plus d’un mois, je me dis qu’il grandit vraiment trop vite… il remplit déjà les tailles 3!!!

N’hésitez pas à me dire si vous connaissez les couches Lillydoo, sinon rdv ici pour découvrir le concept: www.lillydoo.com/fr

 

 (couches offertes par Lillydoo)

Share

Porter son bébé (le portage).

Je ne suis pas une experte en portage mais au bout du 3ème enfants, je m’interesse de plus en plus à la chose et j’en tire tous les biens faits!

Pour mon 1er enfant, le portage était quelque chose d’accessoire, un plus que je n’utilisais jamais.
Pour le 2ème, j’ai apprécié le côté pratique du porte-bébé physiologique.
Et enfin cette fois, j’apprécie autant le côté pratique que ce que cela apporte de bon pour bébé.

Vous l’aurez remarqué, avec l’allaitement, je me recentre énormément sur les besoins physiologiques, naturels, et instinctifs de mon enfant. Je lis pas mal de choses à ce sujet, je suis des mamans très calées en la matière et cela m’inspire.

Porter son enfant est en effet quelque chose de naturel voir de primitif. Il suffit de regarder comment évolue un bébé singe pour comprendre. Il passe son temps agrippé à sa maman.
Dans la grande majorité des pays du monde, le portage est une évidence. En Amazonie par exemple, l’enfant est en permanence porté car le poser à même le sol serait le mettre en danger. (insectes, serpent…). Il est aussi nécessaire à de nombreuses mamans, de porter son enfant pour pouvoir faire quelque chose de leur main ou encore de s’occuper du reste de la famille.

Pour l’enfant, il n’y a rien de meilleur que de se sentir porter, maintenu contre sa maman (ou son papa). Cela prolonge la vie in utero, le rassure, lui permet d’évoluer sereinement, de se sentir bien, favorise la digestion, lui permet la découverte du monde avec un réel sentiment de sécurité, cela favorise également le peau à peau et donc la lactation.

Vous l’aurez compris, le portage c’est la vie, c’est naturel. Rien de plus normal que de porter son enfant. Notre mode de vie occidental, voudrait que notre bébé soit directement indépendant dès sa naissance.

Un bon portage c’est quoi:
– C’est un bébé qui est dans une position dite physiologique, que j’appelle bien souvent en grenouille. Les genoux remontés, pliés et plus haut que les fesses afin de former un « M ».

– Le dos arrondi et maintenu par le tissus et la tête maintenu (surtout pour les tous petits).

– Un bon portage c’est surtout un bébé qui est toujours porté contre soit, la position face au monde est très déconseillée!!! Elle n’est pas du tout adaptée ni pour le parent ni pour l’enfant, la colonne est droite ou cambrée et tassée, les jambes qui pendent favorisent une mauvaise circulation et appuies sur l’artère fémorale.
C’est la seule position de portage où les parties fragiles et vitales du corps du bébé sont exposées à des chocs éventuels.
Il est difficile pour le bébé de dormir dans cette position, il ne voit pas sont porteur.
Le portage face au monde peut engendrer une sur-stimulation visuelle et nerveuse.11193416-10153388081342259-9204863548726889970-n Babywearing_First_Year_1 picmonkey-collage1

Les différents moyens de portages:
– Écharpes de portage
– Porte bébé physiologique, préformés.
– Sling (écharpe sans noeud)
– Porte-bébés d’inspiration asiatique
– Porte-bébé d’appoint

Pour ma part, j’utilise les 3 premiers dans des cas complètement différents!
(Les 3 s’utilisent dès la naissance)

L’écharpe, j’ai une basic de JPMBB et je m’en sers dans la maison au quotidien depuis sa naissance. Une fois qu’on maitrise le nœud, ça va tout seul. Avec, je fais tout: rangement, ménage, cuisine, balade, courses…

Les porte-bébés physiologiques me servent essentiellement pour les plus grandes balades ou pour aller chercher les enfants à l’école. J’ai 2 modèles: un Manduca et un Ergobaby, histoire d’en avoir toujours un dans la voiture.ergobaby

Et le sling (un Babylonia rembourré) c’est de l’appoint, en grande partie pour l’allaiter et lorsque j’ai besoin de mes mains pour autre choses: raconter une histoire aux plus grands, être sur l’ordinateur…IMG_7660

Alors si vous hésitez encore, que vous avez peur que votre enfant devienne dépendant du portage, que vous trouvez cela trop compliqué, contraignant… Je vous conseille d’essayer, plusieurs fois c’est mieux. L’enfant comme vous aura besoin de s’y habituer et après vous ne pourrez plus vous en passer tellement c’est pratique! Bébé ne sera pas trop dépendant de vous, car porter son enfant ne l’oublions pas est quelque chose de tout à fait naturel. Et si cela ne vous correspond pas, libre à vous de continuer à porter simplement votre bébé avec vos bras.

Pour plus d’infos concernant le portage, n’hésitez pas à parcourir le site « Porter son Enfant » qui est très bien fait!

 

(Manduca offerts par la marque //  Ergobaby offerts par la marque )

Share

Notre allaitement.

De mes 3 enfants, William est le premier enfant que j’allaite. Ne me demandez pas pourquoi, moi même je crois que je ne sais pas. J’avais juste envie, mais du genre très envie, et rien ne pourra m’en empêcher. C’est pourquoi j’en suis là aujourd’hui et que je souhaite témoigner de notre parcours pour celles qui seraient peut-être dans le même cas.

Nos début ont vraiment été très difficile. William est né avec plus de 3 semaines en avance par déclenchement. Donc pas naturellement, sûrement pas au bon moment et avec une bonne dose d’anesthésie et de produits dans mon corps qui sont forcément passés un peu dans le sien… Je pense que si c’était à refaire, j’aurai dit non à un déclenchement. Mais il aurait été très gros sinon… bref.

Quand il est né, il a pleuré, il était gros mais grand, donc bien proportionné, il était surtout sonné par l’accouchement et tout ce qui va avec. Mais c’est au moment de la mise au sein que tout s’est compliqué. Il n’y arrivait pas, il s’endormait. Pour Pablo que je ne voulais pas allaiter, j’ai voulu tenter la téter d’accueil, je n’ai pas réussi, il hurlait, ça s’est fini au biberon. Victoria elle a de suite pris le sein sans problème. (ce n’était donc pas mes seins le problème, même s’ils sont ombiliqués hein! ça c’est pour la pédiatre!!)IMG_6245

Pendant les premières 24h, il n’a quasiment pas tété, une auxiliaire de puériculture, une personne vraiment adorable est restée des heures avec moi pour essayer de le faire manger. Elle m’a expliqué comment tirer mon lait manuellement avec de lui donner le précieux colostrum à la petite cuillère! Puis petit William n’y arrivant toujours pas, on m’a proposé un tire lait, afin de pouvoir lui donner à la seringue/pipette avec mon petit doigts dans sa bouche. Mais aussi afin de stimuler ma lactation. C’était important ça.

Lors de la première nuit, une sage-femme m’a proposé une téterelle, un bout de sein en silicone à placer sur le sein afin de lui donner une vrai forme de téton pour que William réussisse mieux à l’attraper. Et cela a fonctionné. Il réussit à téter, mais ne déglutissait pas bien. Il perdait beaucoup de poids, beaucoup trop, et plus il en perdait moins il avait de la force pour apprendre à téter. Un cercle vicieux. A savoir que la téterelle lui demandait 2x plus d’effort pour un tirage, 2x moins efficace! Avec du recul, je déconseille cette méthode dans la mesure du possible car finalement bébé prend de mauvaises habitudes de succion.

Au 2ème jour il avait perdu plus de 10% de son poids!! J’ai donc pendant toute la période de maternité et pendant 1mois tiré mon lait entre chaque tétée, jour et nuit afin de le complémenter! D’abord à la pipette et au doigt et ensuite avec un DAL.IMG_6449

Un DAL c’est un dispositif d’aide à la lactation. Je l’ai fabriqué moi-même grâce à ma conseillère en lactation. Une femme formidable qui m’a été d’une aide précieuse. On s’est servi d’un biberon dans lequel on a inséré une sorte de petite paille. A partir de cette période, je lui donnais le complément en même temps que la tétée. Je gagnais du temps mais surtout il continuait à stimuler la lactation et il savait que c’était là que ça se passait.

Cette période était hyper contraignante et épuisante. Surtout avec 2 autres enfants. Je passais mes journées à ça. Une réelle dévotion. Mais je voulais rien lâcher.IMG_6520

William a également vu 2x l’ostéo qui l’a manipulé de façon à ce que la succion se fasse du mieux possible. Puis avec ma conseillère en lactation, elle nous a appris a bien nous positionner avec une position, la « biological nurtering ». Lors de cette séance, William était endormi contre moi ventre contre ventre, la tête vers le haut contre mon cœur. Puis lorsqu’il a donné des signes d’éveil on l’a laissé tout seul se placer au sein. C’était donc ça le secret, laisser faire la nature.

Tout le premier mois mais surtout les 15 premiers jours, je devais être attentive aux signes d’éveil de William, ne pas le laisser se rendormir mais en profiter pour le faire téter pour qu’il grossisse. Je le stimulais énormément pendant les tétés. Il prenait très peu mais je savais qu’on allait y arriver. Le site de la Leche League est devenue ma bible, ma conseillère un véritable soutien que j’ai appelé plus d’une fois et enfin j’ai eu reçu énormément d’aide, de conseils grâce à un groupe de « mamans bombasses » sur Facebook. Je ne sais pas comment je ferai sans elles. <3

C’est à partir du 1er Avril , jour où il aurait dû naitre que tout s’est arrangé ou presque. J’ai senti en lui une force vraiment différente de d’habitude au moment de la tétée. J’en ai profité pour enlever les bouts de seins en silicone et c’était parti!! Il arrivait à téter presque normalement!!! Une vraie Victoire.

Sont arrivées à ce moment là, les douleurs au niveau des mamelons, il tétait mais me pinçait, et me faisait très mal. Je pleurais à chaque début de tétée pendant une bonne semaine. Puis grâce à une nouvelle visite chez l’ostéo et en réapprenant les bonnes positions pour allaiter, on a enfin trouvé notre équilibre.
Lorsque la douleur était insoutenable, je mettais un sein au repos 48h sur lequel je tirai mon lait puis après ça allait mieux.

L’allaitement ne doit pas être douloureux. J’ai remarqué que la cause principale des douleurs proviennent la plus part du temps d’une mauvaise position.IMG_6720

Aujourd’hui, tout va bien, William grossit et grandit très vite! Il a 2mois et demi et porte bientôt du 6mois!! Les nuits il les passe dans notre lit ou dans son cocoonbaby collé a notre lit. C’est plus simple pour les tétées nocturnes, je n’ai pas à me lever et donc moins de fatigue.

Cette nuit, je l’ai même surpris en train de téter à 2h du matin sans même mon aide pour le mettre en place, self service!IMG_7685

Nos journées sont rythmées avec un grand nombre de tétées, on s’adapte, même si ce n’est pas toujours simple. Cette période est si courte à l’échelle d’une vie, que je l’ai accepté,  j’en profite au maximum. C’est la première fois que je me sens autant fusionnelle avec un de mes enfants. L’autre jour, son papa, le promenait dans ses bras au fond du jardin, et c’est là que je me suis dit que je ne l’avais jamais vu de si loin!! Pour vous dire à quel point l’allaitement est prenant et intense. Je suis tellement fière de notre chemin parcouru, et ce n’est pas fini!

Depuis quelque jour, je tire de nouveau mon lait mais cette fois pour permettre au papa, de prendre le relais lorsque l’occasion se présente. Un biberon qui pourra aussi le rassasier lors de ses fringales du soir quand mes seins ne lui suffisent plus. Car oui maintenant j’ai un bébé goulu, d’ailleurs il tète en ce moment même en écharpe… IMG_7659

Je n’oublierai jamais cette phrase de ma conseillère en lactation concernant l’allaitement: « Le temps est un allié ».

Elle avait raison. Né bien trop tôt, William ne savait pas téter. On a dû s’adapter l’un à l’autre, le remplumer pour mieux apprendre et avoir des forces. J’ai écouté tous les conseils qu’on m’a donné, des professionnels, amis, famille ou sur les réseaux sociaux, surtout je me suis mis des œillères lorsque certains me semblaient mauvais (notamment ceux de la pédiatre de la maternité! Elle, je l’ai détestée!).
Enfin je me suis aussi fiée à mon instinct, mes sensations de mère, je me suis fais confiance. Maintenant j’allaite sans douleur, à n’importe quel moment de la journée, partout sans aucun problème.

Il va de soit, que tout cela, je ne l’aurais jamais fait sans l’aide du papa.IMG_7353 2

Pour celles qui en auraient besoin, n’hésitez pas à me demander les coordonnées de ma conseillère en lactation qui en région toulousaine 😉

Share

Mon sac à langer Storksak.

Pour un 3ème enfant, niveau article de puériculture, je commence à savoir ce qui est bien, ce qui l’est moins et ce qui me correspond. Comme par exemple pour le sac à langer. Bon je vous avoue que je suis plutôt du style à glisser 2 couches et mon mini flacon de liniment dans mon micro sac à main. Mais lorsque je pars pour la journée ou que William passe son temps à régurgiter, j’ai besoin de mon sac à langer.

Pour moi le parfait sac à langer doit être joli, très pratique et bien compartimenté! Et surtout ne pas ressembler à un sac à langer… Le mien est le modèle Eden de la marque Storksak.

Celui-ci rassemble tous mes critères et en plus il est végan, il n’est pas en cuir mais l’illusion est parfaite. Et au toucher on y croirait!

Il est donc très bien compartimenté, comprend un tapis à langer avec lui aussi des rangements, une poche secrète isotherme, des poches extérieures et une anse qui s’adapte et se fixe à la poussette.

Il est grand, très profond et ultra-fonctionnel. Il existe plein de modèles chez Storksak, un vrai coup de cœur que je recommande à toutes les mamans, les futures mamans mais aussi à ceux et celles qui auraient un cadeau de naissance à faire!

Sac à langer Storksak disponible sur Berceau Magique.

(en partenariat avec Berceau Magique)

Share